Bis repetita 

Bis repetita !

05/2018 • Entreprise, EntrepriseCommentaires fermés sur Bis repetita !0

Après le Crédit Bureau, BAM a de nouveau recours à CreditInfo pour la gestion de sa nouvelle centrale des chèques irréguliers. Coup double pour ce provider de données qui hérite d’un marché juteux. Mais pourquoi lui?

«Seuls les chèques certifiés sont acceptés», cet affichage est à lui seul révélateur du degré de méfiance des commerçants à l’égard du chèque. Une méfiance que corrobore le niveau des chèques impayés, en hausse année après année. Afin d’endiguer ce problème, le législateur avait posé, en 2015, les jalons d’un nouveau service: la centrale des chèques irréguliers. Cette base de données doit permettre aux usagers commerçants de vérifier si le chèque qu’ils s’apprêtent à encaisser est valable ou pas. Avec ce service, l’objectif est «de rétablir la confiance dans le chèque comme moyen de paiement et au passage de réduire le recours à la monnaie fiduciaire», explique Khalid Zbir, directeur Réseau et Centrales d’information à Bank Al-Maghrib. La centrale des chèques irréguliers est rattachée à la banque centrale, qui a choisi dès le départ d’en confier la gestion à un acteur de la place à travers un appel à manifestation lancé en 2016, qui s’est suivi l’année d’après par un appel d’offres. C’est finalement CreditChecks Info, filiale de CreditInfo Maroc, qui a été désigné comme gestionnaire du service, dans le cadre d’une délégation de service.

Retrouver l’intégralité de l’article dans le N° 214 d’Economie Entreprises (Mai 2018)

Les commentaires sont fermés