Nawal Houti2

Diplomatie

France-Maroc: Wait and see !

02/2015 • Nawal Houti, Point de vueCommentaires fermés sur France-Maroc: Wait and see !0

Ce point de vue arrive quelques semaines après les meurtres perpétrés dans les locaux de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Quinze personnes ont trouvé la mort, dont trois terroristes. Cet acte abject a entraîné un élan de solidarité mondial et une mobilisation tous azimuts des populations. Mais, comme dit le proverbe, «à quelque chose malheur est bon». En effet, François Hollande, le Président le plus impopulaire qu’a connu la France depuis la 5ème République a vu sa cote remonter en flèche suite à la marche organisée le 11 janvier dernier, en présence de plusieurs Chefs d’Etats et de gouvernements. Le Maroc, grand absent «remarqué» de cette marche, avait conditionné sa participation par le non brandissement des caricatures controversées. Une requête pour le moins absurde, car il était évident qu’elle n’allait pas être entendue.
Or cette absence n’est pas anodine et ne représente que la partie visible de l’iceberg des relations tumultueuses que traversent nos deux pays en ce moment et qui durent depuis quelque temps. Certains hauts responsables français sont même allés jusqu’à déplorer l’arrêt de coopération sécuritaire entre le Maroc et la France, en l’occurrence l’ancien ministre de l’Intérieur français, Charles Pasqua, qui souligne: «Je ne suis pas sûr que l’attaque armée contre Charlie Hebdo aurait eu lieu si nous étions en bons termes avec les Marocains». Dont acte!
En effet, les relations franco-marocaines sont assez tendues ces derniers temps, si bien que vers la fin du mois de janvier, Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, qui devait se rendre en France pour rencontrer son homologue français Laurent Fabius, a annulé sa visite. Cette dernière, très attendue, devait apaiser les tensions et faire revenir les relations à une situation normale. Son annulation n’a été expliquée par aucune partie, laissant l’ensemble des observateurs dans l’expectative, chacun y allant de son interprétation. Or, tout le monde sait que la France est le premier partenaire économique du Maroc, soutenu par des relations d’amitiés séculaires. Au-delà du périmètre diplomatique, cette tension aurait des ramifications économiques, puisque certaines entreprises marocaines en souffriraient, notamment l’opérateur téléphonique Méditel. En effet, dans un article paru sur le magazine « Usine Nouvelle », on peut lire que le patron d’Orange Stéphane Richard, qui détient 40% de l’opérateur marocain depuis 2010, confirme que […] malgré l’accord des actionnaires, il rencontrerait des difficultés pour prendre le contrôle de l’opérateur. Il évoque pour cela les relations diplomatiques tendues entre le Royaume et la France depuis un an, après une descente de police chez l’ambassadeur du Maroc à Paris en février 2014, avant d’ajouter, toujours selon Usine Nouvelle: «Mais la solution est en cours. Nous devrions devenir actionnaire de contrôle de Méditel en 2015. Dès que ce sera fait, nous acterons le rebranding Orange». Si Orange a évoqué cette contrainte dans la mise en place de sa stratégie Maroc, il en va certainement de même pour d’autres multinationales françaises plus discrètes.
Ces tensions entre la France et le Maroc ne datent pas d’hier et ont même souvent été ravivées avec l’arrivée de la gauche au pouvoir. Or, aujourd’hui, il n’y a plus de temps à perdre en attendant de faire revenir les relations au beau fixe. La crise économique et le poids du Maroc dans la région sont tels, que notre pays s’oriente naturellement vers de nouveaux partenaires, surtout en Afrique, où la croissance de certains pays est à deux chiffres. Le récent Forum économique Maroc–Côte d’Ivoire en est la preuve.
Finalement, cette crise diplomatique entre les deux pays, aurait un impact positif sur le Maroc qui, d’une part, s’affirme comme un conquérant africain et, d’autre part, offre de belles opportunités de croissance à d’autres pays européens. C’est le cas notamment de l’Allemagne qui a réalisé dernièrement une opération de charme, en invitant notre Souverain à s’y rendre. Et, contrairement à la France, l’Allemagne a su surfer sur la vague anti islamophobe et gagner en sympathie. Toutefois, la normalisation des relations diplomatiques, sécuritaires et économiques avec la France ne devrait pas trop se faire attendre car les enjeux sont stratégiques, notamment en matière de lutte contre le terrorisme. Donc, wait and see!
nhouti@sp.ma

Les commentaires sont fermés