les discrètes avancées de maya

les discrètes avancées de maya

07/2017 • Entreprise, EntrepriseCommentaires fermés sur les discrètes avancées de maya0

Amizmiz, Azegour, Boumadine… dans une discrétion totale, Maya Gold & Silver peaufine son réseau de propriétés minières et ses gisements exploratoires dans le sud du royaume. Avec, pour cet entreprise canadienne, de sérieuses ambitions à la clef. Découverte.

Doucement mais sûrement, c’est la devise de Maya Gold & Silver. La société d’exploitation minière canadienne, basée à Toronto et cotée en bourse (TSX Venture) est aujourd’hui axée sur l’exploration et le développement de mines d’or et d’argent dans le Royaume. La compagnie affiche un statut de producteur, non un simple explorateur, qui respecte ses engagements. Détenue à 100% par des investisseurs canadiens, Maya Gold & Silver a été créée en 2007 et a fait des débuts timides à travers un projet d’exploration au Mexique, qu’elle a aussitôt décidé de laisser en stand by vu les problèmes politiques que connaissait le pays à l’époque. «Le pays qui se positionnait le mieux pour notre conquête mondiale était bien évidemment le Maroc, qui dispose d’un potentiel minier important», affirme Noureddine Mokaddem, président de Maya Gold & Silver. Ainsi, en 2009, l’entreprise s’est engagée dans un projet d’exploration de l’or dans la région d’Amizmiz, où elle a engagé 40 millions de dirhams. Mais les résultats n’étaient pas très encourageants. Le chantier à dû être abandonné.Toutefois, Maya Gold & Silver a poursuivi sa dynamique, confirmant certaines hypothèses d’exploration. «L’existence d’un bon cadre réglementaire au Maroc, notamment le code minier, en plus d’une bonne infrastructure, nous ont poussés à continuer notre aventure dans le pays», déclare Mokaddem.   

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le N°205 d’Economie Entreprises

Sanae Raqui
sraqui@sp.ma

 

 

Les commentaires sont fermés