Les recommandations du FMI

06/2014 • en kiosque, jawad kerddoud, Point de vueCommentaire (0)0

«Lagarde déplore que dans beaucoup de pays arabes, la part de classe moyenne dans la richesse nationale est plus faible aujourd’hui qu’elle n’était durant les années 1990, d’où une mauvaise répartition des dividendes de la croissance»


Le printemps arabe a causé des bouleversements politiques extraordinaires et des conséquences fâcheuses sur les économies des pays de la région. Mais le monde arabe n’est pas monolithique. Les conséquences du printemps arabe ont différé d’un pays à l’autre. Les plus touchés politiquement et économiquement ont été sans aucun doute l’Egypte, la Libye, la Syrie et la Tunisie. Les pays du Golfe producteur de pétrole et de gaz n’ont pratiquement pas subi de conséquences ni politiques ni économiques. Les autres pays tels que l’Algérie, la Jordanie, le Maroc et la Mauritanie ont pu traverser le printemps arabe sans trop de dégâts.

Christine Lagarde, directrice générale du FMI, lors de son discours, le 8 mai 2014 devant les membres du CESE, a fait des recommandations économiques pour le monde arabe sur le plan global. Elle a relevé plusieurs points qu’il est intéressent de mentionner …..

 

lire la suite dans notre numéro en kiosque

 

Les commentaires sont fermés