jawad kerdoudi

L’impact de la politique de Trump

02/2017 • jawad kerddoud, Point de vueCommentaires fermés sur L’impact de la politique de Trump0

Donald Trump a été investi 45ème Président des Etats-Unis le 20 janvier 2017. S’agissant de la première puissance économique mondiale, la politique qu’il va mener aura une répercussion importante sur les Etats-Unis et le monde. Son programme économique vise une réduction d’impôts de 4.400 milliards de dollars sur 10 ans, soit une réduction chaque année de 6% du total des recettes fiscales. Les tranches d’imposition seront ramenées de 7 à 3 (12, 25 et 33%) et les plus fortunés bénéficieront d’une baisse du taux marginal de 32,6% à 33%, avec en plus la suppression de l’impôt sur les successions. Trump compte également ramener le taux de l’IS de 35% à 15% et propose aux entreprises qui ont des avoirs à l’étranger de les rapatrier avec un taux d’imposition réduit à 10%. Il se prononce également contre les délocalisations des entreprises américaines, notamment au Mexique, et veut faire condamner la Chine pour ses manipulations de son taux de change et le vol de la propriété intellectuelle. Il envisage d’établir des droits de douane jusqu’à 45% pour les produits chinois et 35% pour les produits mexicains….

Ce sont là les grandes lignes du programme économique de Donald Trump le candidat. Il faut attendre les actes après son investiture en tant que Président, le 20 janvier 2017, pour en faire une évaluation précise. Mais s’il est effectivement appliqué, du fait que le nouveau Président américain dispose de la majorité à la Chambre des représentants et au Sénat, les conséquences seraient importantes pour les Etats-Unis et le monde. La baisse des impôts va certainement stimuler la croissance économique, mais va favoriser les inégalités sociales du fait des cadeaux fiscaux prévus pour les plus fortunés. Cette baisse des impôts, couplée à l’important plan des investissements dans les infrastructures et à l’augmentation du budget militaire, va accentuer le déficit budgétaire ainsi que l’endettement. Pour éviter cette situation, il faudrait que l’économie américaine produise une croissance annuelle de 3,5% pendant les 10 prochaines années. L’arrêt de la lutte contre le changement climatique par la promotion des énergies fossiles va réduire le développement des énergies renouvelables, décourager l’innovation dans ce domaine et mettre en péril l’accord de Paris qui prévoit une diminution de la température à la surface de la terre à moins de 2° C à l’horizon 2100.

Plus grave sont les conséquences du programme protectionniste proposé par le nouveau Président. Tout d’abord, si les Etats-Unis établissent des droits de douane à l’entrée des produits étrangers, les pays concernés vont également par réciprocité établir des droits de douane, ce qui risque de diminuer le commerce international qui d’ailleurs n’a pas encore repris sa vigueur depuis la crise économique 2008-2009. D’autre part, cette politique protectionniste va augmenter les prix intérieurs et créer une inflation qui va peser sur la classe moyenne américaine. Cette politique protectionniste va également pénaliser les grandes multinationales américains. Quant à la politique d’immigration proposée par Donald Trump, l’expulsion des immigrés illégaux et la construction d’un mur à la frontière mexicaine va entacher l’image des Etats-Unis dans le monde, et va être également source d’augmentation des salaires et de diminution de la productivité. Plus grave encore est la volonté de supprimer l’Obamacare alors que 20 millions d’Américains en bénéficient actuellement, sachant que, pour le moment, aucun autre système alternatif n’est prévu. La remise en cause de la régulation financière mise en place par le Président Obama après la grave crise de 2008-2009 risque de provoquer une nouvelle crise dans les années à venir, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Enfin, la mainmise du gouvernement sur la FED est aussi dangereuse dans la mesure où dans tous les pays démocratiques développés les Banques centrales bénéficient de l’indépendance vis-à-vis des autorités politiques. La nomination par Donald Trump d’un nouveau membre à la Cour Suprême risque d’enlever à cette haute Cour son rôle d’équilibre de la société américaine. En conclusion, la politique économique de Donald Trump à caractère essentiellement populiste, si elle est effectivement appliquée, est dangereuse aussi bien pour les Etats-Unis que pour l’économie mondiale.

JAWAD KERDOUDI

imri_secretariat@yahoo.fr

Les commentaires sont fermés