Hassan Aloui_economie_entreprises

Pour un gouvernement de combat

11/2016 • à la une, Hassan Alaoui, Point de vueCommentaires fermés sur Pour un gouvernement de combat217182

La désignation d’Abdelilah Benkirane par le Souverain pour former le futur gouvernement est une grande victoire pour la démocratie. Les Marocains ont cette particularité unique d’être tous jalousement attachés aux valeurs d’un Maroc moderne, performant et ouvert sur le monde, qu’il soit dirigé par la droite, la gauche ou même par les Salafistes.

Malgré cet acquis de taille, de fortes inquiétudes planent sur l’esprit des décideurs et opérateurs économiques nationaux. Ils attendent du Chef du gouvernement une métamorphose dans sa «façon» de faire, et surtout de la performance dans la gestion du quotidien de l’Exécutif.

Mais il n’y aura pas de performance sans un gouvernement entièrement repensé pour calquer sa structure sur les priorités et ambitions du pays. La taille du prochain gouvernement et la volonté de Benkirane de travailler en rangs serrés seraient un signal qui irait dans le sens d’un nouvel état d’esprit.

Il est vrai qu’au Maroc la taille du gouvernement est liée au niveau d’interventionnisme de l’Etat. Mais, aujourd’hui, avec une économie entièrement ouverte sur le Monde, et le projet de régionalisation étant inscrit dans la Constitution, l’on peut espérer gérer un pays de la taille du Maroc avec moins de ministres.

C’est aussi vrai qu’il existe des ministères qui n’ont plus de place dans le Maroc d’aujourd’hui. Prenons par exemple le cas de la Communication. Après avoir créé des agences des instances et des commissions pour encadrer un secteur entièrement libéralisé, ce ministère n’est plus que l’image de l’ancien Maroc.

Le cas du ministère de l’Emploi est aussi intéressant à examiner. A quoi sert-il? A pas grand-chose en ce qui concerne l’emploi. Si l’on ne devait considérer que les chiffres de création d’emploi en 2015, le bilan de ce ministère est négatif. En réalité, ce ministère est un grand leur politique pour crédibiliser l’engagement social du gouvernement. La réalité, ce n’est pas à l’Etat de créer des emplois, mais aux entreprises, car l’emploi n’est qu’une conséquence mécanique de la croissance.

A un moment où notre pays a payé très cher le prix pour un manque de convergence des différentes stratégies sectorielles, par sa structure, ce futur gouvernement devrait donner un peu de cohérence à son action. Pourquoi donc avoir une pléthore de ministères qui travaillent loin l’un de l’autre, alors que la logique voudrait autrement, comme le ministre de l’Habitat et de la Politique de la Ville et le ministre de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire national.

En Europe, par exemple, le nombre moyen de ministres par gouvernement ne dépasse pas 21 membres, et il baisse jusqu’à 15 dans le cas de l’équipe d’Angela Merkel. Autre particularité, celle des pays très industrialisés comme le Japon et l’Allemagne. Les ministères des Finances et de l’Industrie et du commerce ne font qu’un pour donner une cohérence à leurs ambitions.

Peut-on alors rêver de voir Abdelilah Benkirane nous surprendre en dépassant les contraintes d’équilibre politique, et proposer une équipe de guerre?

C’est possible et cela a déjà été réalisé. Le gouvernement de feu Abdellatif Filali III (juillet 1997, mars 1998) est un cas d’école en la matière. Il a été le gouvernement le plus agile dans l’histoire récente du Maroc avec des ministres qui regroupaient trois ou quatre postes ministériels. Au total, 16 ministres d’une efficacité tonnante qui ont réussi à ancrer les grandes réformes libérales avant de passer le témoin au premier gouvernement issu des urnes, celui d’Abderrahman Youssoufi.

Si l’histoire ne nous montre pas forcément de lien entre la taille du gouvernement et son efficacité, il faut garder en tête qu’en période de crise, l’efficacité doit primer. Aux grands maux, les grands remèdes. Le gouvernement Benkirane est très attendu pour apporter de l’efficience à son équipe, verouiller les mécanismes de gouvernance et de prise de décisions.

halaoui@sp.ma

Les commentaires sont fermés